Publié par Laisser un commentaire

La pâte slime

Il ya certains types de jouets qui fonctionnent tout le temps, ce sont les jouets dégoutants ou crados et “beurk” comme on disait quand on était petit. C’est peut-être ce jouet qui le démontre le plus, la pâte slim. Crée par Mattel en 1976, très vite, tous les enfants en ont voulu pour Noël cette année-là.

La pâte slim c’est une matière visqueuse froide que l’on trouve dans un petit récipient en plastique qui coule entre vos doigts et qui vous donne une sensation étrange et inoubliable.

Dans les années 80, de nombreux jouets ont été créés avec pour principal élément la pâte Slim. Cela commença par des vers, des yeux ou des insectes en plastique. Dans le film SOS Fantôme, Bouffe-tout répandait partout de l’ectoplasme, cette substance se retrouva donc dans nos jouets sous forme de slim.
Puis, ce fut le tour des Tortues Ninja et des Maîtres de l’univers d’inclure de la pâte slim dans leurs jouets.

Pour ceux qui se demandent comment est faite la pâte slim, c’est en fait très simple, il s’agit en fait d’un gélifiant mélangé à un colorant et a une espèce minéral, le borax. Cette version n’est pas comestible et donc un peu dangereuse pour les enfants. il existe une version que vous pouvez faire dans votre cuisine que vous retrouverez en dessous ci-dessous.

Recette de la pâte slime

Ingrédients de la pâte slim :

• 110 ml d’eau environ,
• 100g de fécule de maïs (type Maïzena),
• quelques gouttes de colorant alimentaire (vert pour un effet ghostbuster)

Comment faire de la pâte slime :

Mélanger l’eau et le colorant. Il faut mettre au moins 8 gouttes de colorant alimentaire afin que la couleur soit vive.

Versez l’eau sur la fécule de maïs puis malaxez avec les doigts. Très vite vous allez vous rendre compte que vos doigts sont bloqués dans cette pâte quand vous mélangez rapidement!

Si c’est trop liquide, n’hésitez pas à rajouter de la fécule de maïs.

Bref, que vous soyez né dans les années 70 ou 80, vous n’avez pas pu passez à côté de ce phénomène

Fred

Publié par Laisser un commentaire

La cocotte en papier

Cocotte en papier, salière, coin-coin, quatre coin, pousse-pousse etc… Vous l’avez compris, nous ne savons pas le nom que vous donniez à ce jeu mais nous savons que vous y avez joué quelque soit votre génération. En effet, ce jeu est un classique de la cour d’école, comme les billes, les images ou l’élastique.

Pour jouer à ce jeu, il faut tout d’abord trouver quelqu’un qui possède cette fameuse cocotte et ensuite répondre à 2 questions :

  • “Combien t’en veux ?”
  • “Quelle couleur ?”

Bien sûr, il y avait des malins qui répondaient à la première question avec un chiffre assez élevé afin d’embêter le petit camarade possesseur de la cocotte!

Le plaisir de ce jeu (au delà de poser des devinettes pour certains ou donner des gages pour d’autres) était de maîtriser sa fabrication.

Est-ce que vous vous souvenez comment le fabriquer?

A bientôt,

Fred

Publié par Laisser un commentaire

Le facteur n’est pas passé

C’est le jeu classique de primaire, avec un facteur qui livre des colis et une chanson qu’on a tous en tête.

Les règles du jeu et la chanson varient un peu selon la région où vous êtes. Pour moi, qui vivait sur Paris, le règles étaient les suivantes. Tout d’abord, il faut un colis, il s’agissait le plus souvent d’un bout de tissu et un facteur désigné parmi les enfants. Ensuite, les enfants se placent assis en cercle et chantent les yeux fermés. La chanson dont je me souviens est “1 heure le facteur n’est pas passé, 2 heures le facteur n’est pas passé, 3 heures etc…” le nombre d’heures s’incrémentait jusqu’à ce que le facteur crie “Il est passé !” après avoir déposé son colis. A ce moment là, tout les enfants regardent si ils ont reçu le colis. Si le colis est reçu, le facteur doit vite être attrapé par celui qui a reçu le colis avant que le facteur lui prenne sa place.

En me remémorant les règles, 2 souvenirs me reviennent:

  • La petite tension quand je chantais en attendant de savoir si j’allais être celui qui allait recevoir le colis de la part du facteur.
  • Le facteur avait toujours la fâcheuse tendance de commencer à courir dès qu’il avait posé le colis, il était donc assez facile de savoir si le colis était derrière soit.

Vos règles étaient différentes ? N’hésitez pas à nous le dire dans les commentaires,

Fred